Home / Décryptage / L’église orthodoxe d’Ukraine veut convertir les Ukrainiens à l’homo-sidaïsme

L’église orthodoxe d’Ukraine veut convertir les Ukrainiens à l’homo-sidaïsme

Captain Harlock
Démocratie Participative
02 janvier 2019

On dirait que les Russes viennent de marquer un point.

Deutsche Welle :

Le chef de l’Eglise Orthodoxe d’Ukraine, Epiphanius Dumenko, s’est fait piéger par un homme se faisant passer pour David McAllister, l’eurodéputé en charge des Affaires Etrangères.

Un enregistrement de la conversation a été publié par l’équipe pro-Kremlin d’Alexei Stolyarov et Vladimir Kuznetsov samedi.

Dans l’enregistrement, on peut entendre Dumenko discuter de sujets tels que le conservatisme de son égliseet le point de vue de l’Ukraine vis-à-vis de la communauté LGBT.

L’humoriste demande à Dumenko de s’éloigner du conservatisme et de montrer son soutien aux « gays d’Ukraine » et à la communauté LGBT en général.

« Naturellement, je suis en faveur de commencer une réforme de l’églisede telle sorte qu’il n’y aurait plus ce conservatisme, nous pourrions nous éloigner de la tradition russe et l’église serait plus ouverte et servirait de guide au peuple ukrainien » déclare Dumenko.

Sur ce problème des gens homosexuels, Dumenko évoque les attitudes très enracinées dans la société ukrainienne. « C’est un problème un peu compliqué que nous ne devrions pas traiter au début de notre chemin » peut-on entendre dire Dumenko.

« Maintenant, nous avons besoin de travailler sur la compréhension de cette question par société ukrainienne. Mais c’est une longue route et nous travaillerons dessus, nous discuterons et chercherons des réponses sur ces questions complexes. »

Je pense pouvoir dire, bien que je ne sois jamais allé en Ukraine, que tous les Ukrainiens comprennent déjà parfaitement cette question.

Parce que c’est très simple à comprendre.

Nous avons également connu ce que ce Dumenko appelle une « longue route ».

 

Le concept d’une « église chrétienne orthodoxe » indépendante dans un pays réduit à l’état de colonie juive est d’ailleurs par définition une escroquerie.

Une escroquerie hébraïque.

Les Chrétiens ont leur propre conception de la nature de leur église. Pour les Catholiques, du moins traditionalistes, c’est une entité surnaturelle qui guide l’humanité. Je veux dire par là que seuls les traditionalistes y croient encore même si c’est censé être ce que croient tous les Catholiques.

Par principe, pour prétendre à une telle autorité, elle est censée être infaillible.

Une fois que le Saint Siège et le clergé sont tombés aux mains des juifs, des sodomites et de la maçonnerie, les traditionalistes ont commencé à élaborer des théories byzantines pour expliquer pourquoi leur église s’est effectivement ralliée à tout ce que raconte la démocratie juive sur tout et n’importe quoi.

Ils ont les plus grandes difficultés à appréhender cette réalité élémentaire : l’Eglise Catholique est un réseau d’influence organisé qui monnaye ses services à la puissance politique.

L’époque où l’Eglise Catholique pouvait décréter le vrai du faux et imposer sa décision aux états est révolu. Et la Papauté est la première à le savoir.

Maintenant que l’Occident est entre les mains des juifs et des militants homo-sidaïques, le Vatican a soudainement découvert qu’aimer les juifs et les fiottes était consubstantiel au christianisme.

Que les évangiles proclament exactement l’inverse ne le dérange pas le moins du monde.

S’il faut vendre aux masses sidérées une Jeanne d’Arc du Bénin, le clergé le fera avec joie.

Et s’il doit organiser l’invasion musulmane du dernier pays catholique d’Europe, il le fera avec la dernière énergie si c’est ce qu’ordonne la hiérarchie bergoglienne.

L’Eglise Catholique a tout fait pour saboter la légitimité intérieure du Troisième Reich en excipant mille prétextes « moraux » : antisémitisme, eugénisme, etc.. En réalité, elle était déjà sévèrement rongée par le marxisme et le démocratisme, pour ne rien dire du reste.

Ces grands principes « non négociables » ont curieusement disparu après guerre. L’avortement de masse ne semble pas constituer un motif suffisant pour que la Papauté se décide à attaquer les démocraties juives occidentales.

En revanche, refuser de finir totalement envahi de nègres et de mahométans a l’air de constituer un nouveau péché.

C’est un schéma universel.

Les Chiites défendent la théocratie iranienne, les salafistes la monarchie saoudienne et les évangélistes défendent Israël.

Vous avez même des néo-païens qui dénoncent le racisme et prônent l’amour anal.

Quand des religieux commencent à s’opposer au pouvoir c’est toujours parce que l’état trouve que leur influence déborde sur la sphère purement politique et menace son monopole.

Les empereurs romains ont commencé à réprimer les Chrétiens dès lors que ceux-ci refusaient de leur rendre un culte, c’est-à-dire de reconnaître que la source de leur pouvoir se confondait avec leur autorité religieuse.

Pour en revenir à l’Ukraine, ces popes feront tout ce que les juifs exigent si c’est le prix à payer pour que les crédits continuent d’affluer.

Ils sortiront probablement une paysanne nonagénaire d’un champ en disant que la Vierge lui a dit dans une vision d’aimer tous les êtres humains surtout s’ils s’enculent.

Les Russes, dont le clergé est un simple département du FSB, ont compris ce truc depuis longtemps. Ils paient leurs popes pour dire tout le bien qu’ils pensent de peu importe qui est au pouvoir. Hier du politburo, aujourd’hui de Russie Unie.

D’ailleurs des fois, ils confondent les fonctions.

Il se trouve que Poutine a compris que l’homo-sidaïsme ne pouvait qu’affaiblir son pays. Donc ses curés continuent de condamner les sodomites.

Quand vous acceptez de vous soumettre aux juifs, cela implique le paquet complet. C’est-à-dire les nègres, les bougnoules, les pédés, les traînées féministes et bien sûr, la religion de l’holocauste comme seule vérité effectivement révélée.